Plus du quart des demandeurs d’emplois accepteraient d’être moins payés pour exercer un métier épanouissant, selon une étude Opinionway. Ils seraient même 23% à renoncer à des RTT où à des jours de congés pour faire un métier qui leur plait.

Alors que 39% des cadres choisissent la rémunération comme le critère le plus important du job idéal. les demandeurs d’emploi veulent avant tout un travail où ils se sentent bien, selon une étude Opinionway pour JOBaProximite*. 96% des sondés souhaitent surtout un travail «intéressant», et où ils «se sentent utiles» (95%). Le salaire lui n’arrive qu’en troisième position avec 90% des sondés. Un travail près de chez soi, où l’on s’amuse et peu stressant font également parti des critères de choix.

De nombreuses personnes en recherche d’emploi seraient même prêtes à faire des compromis importants pour pouvoir exercer un métier épanouissant. Parmi ces contraintes, 38% des sondés se verraient accepter des horaires décalés (de nuit, le dimanche, etc), notamment les jeunes entre 18 et 24 ans. Accepter un poste à moindre responsabilité fait également partie des compromis envisagés et 32% accepteraient de déménager. Et le bien-être a un prix puisque certains accepteraient même que l’on touche à leur rémunération. 27% disent pouvoir accepter d’être moins payés et 23% renonceraient à des RTT ou à des jours de congés pour faire le métier qui leur plait.

La formation: un système «gagnant-gagnant»

La quasi-totalité (96%) des personnes interrogées seraient prêtes à se former à un métier sur lequel elles n’ont pas les compétences pour pouvoir obtenir un poste. Si 54% d’entre elles l’envisagent comme un nouveau défi à relever, 45% considèrent la formation comme une réelle opportunité de faire un métier qui les intéresse davantage. La rémunération n’arrive encore une fois qu’en troisième position, les sondés considérant qu’une formation serait l’occasion d’avoir un salaire plus élevé.

Les entreprises proposant ces formations sont valorisées, les demandeurs d’emploi y voyant «une belle opportunité de développer son potentiel». La formation est vue comme un dispositif «gagnant-gagnant» pour la personne formée et pour l’entreprise. Ils sont toutefois partagés sur le modèle de l’entreprise idéale. 36% des personnes interrogées préfèreraient travailler dans une petite entreprise avec de fortes responsabilités alors que 31% choisiraient une grande entreprise où ils auraient les moyens de mener à bien leur mission. Les TPE et les groupes internationaux ne rentrent eux pas dans leurs préférences.

بواسطة : attawdif

شاهد جميع مقالات

وظائف ذات صلة

تابعونا على فيسبوك